Sciences profanes et Sciences sacrées
*
Les Nombres Premiers :
leurs secrets,leurs mystères
et les recherches qu'ils provoquent...
*
Géométrie

 
 
Chap. III :

De l’ADN à la quête de l’immortalité 
 
« Depuis la découverte de la structure en double hélice de l’ADN en 1953 et celle du code génétique, on imaginait que le séquençage du génome (lire la succession des lettres A,T,C et G) d’un individu suffirait à en expliquer le fonctionnement complet.[1] »
« Pourtant, le génome n’est pas aussi stable et ordonné qu’on le pensait : une grande part est inutile, des éléments égoïstes y prolifèrent, des fragments changent de place…[2] » Ce dont on ne comprend pas l’utilité est évidemment inutile ! Le conditionnement social égoïste s’y inscrit et, vivant, il s’adapte !
L’hypothèse d’une ADN poubelle, absurde en soi, fait long feu ! Alors on postule la dérive génétique !
L’on découvre actuellement ce que le bon sens constate depuis longtemps ! Deux vrais jumeaux ayant apparemment le même patrimoine génétique évoluent au fil des années de façon différente en fonction de leur environnement, et se retrouvent avec des différences vérifiables.
Les savants, au cours de leurs recherches horizontales, pénètrent dans une complexité indéfinie qu’ils ont peine à nommer et à schématiser, travail de Sisyphe qui restera toujours indéfini. Autant remplir le tonneau des Danaïdes ! Quant à la vulgarisation qui dogmatise inconsidérément ce qui n’est qu’hypothétique, elle empoisonne les cerveaux qu’il faut ensuite débarrasser de leurs préjugés. Il n’y a pas plus de bosse des maths que de gène du rugby !
Qui présuppose actuellement que la matière est dotée de conscience ? Avec ce principe de réalité, il n’est pas étonnant de découvrir que : « Les gènes codent des protéines, mais sont aussi impliqués dans le contrôle de leur propre expression.[3] »
Le bon sens serait d’investir la recherche dans la prévention saine et d’éradiquer la société de tous les poisons qu’elle produit en abondance.

Si l’ADN est le vecteur chimique de la transmission héréditaire, ce qui est normal puisque l’ADN est Terre-Eau, celle-ci n’est que l’un des conditionnements parmi tant d’autres de l’humain. Et, comme le cerveau d’ailleurs, il évolue en fonction du conditionnement social, mais plus encore, par la détermination programmée par le Principe créateur auquel chacun est relié, de l’alchimie que chacun met en œuvre, consciemment ou inconsciemment pour correspondre au Vouloir de la Vie. C’est infiniment que l’Intelligence suprême domine l’intelligence humaine ! Elle renvoie l’anti-création à son néant. Comme chaque être humain est unique dans la multiplicité qui ne cesse pour autant d’être Une par son Origine, la réduction de tous à des facteurs communs restera toujours grossière et inopèrante. .
Tous les Connaissants le disent, le corps humain est un concept, la création de notre Soi divin, de notre Être essentiel, et l’être humain a cette spécificité, au contraire des autres règnes. Ce Soi essentiel et sa manifestation existentielle sont UN. L’immortalité lui appartient puisque, lorsque sa véhiculation terrestre arrive à son terme, Il en manifeste une autre dans cette existence terrestre ou bien dans "l’existence au-delà des temps".
Les docteurs Folamour actuels investissent des milliards pour rendre l’homme immortel ! En rêvant aux prouesses des biotechnologies, des sciences cognitives, des nanotechnologies et des technologies de l’information : un homme qui serait hybride et pourrait vivre éternellement avec un véhicule dans lequel les organes usés seraient remplacés : cœur artificiel, reins artificiels, le foie aussi, des organes imprimés en 3D. Et d’énumérer le contrôle mental commandant des réinervations ciblées musculaires, des nerfs redirigés, des capteurs et des moteurs pour les articulations artificielles des bras et des jambes. Certes, bras et jambes artificielles, prothèses tactiles, implants rétiniens et cochléaires peuvent être utiles pour certains handicaps, mais de là à délirer, à parler de « technocorps », il y a une marge. Un hebdomadaire de vulgarisation ose ce titre : « Le cyborg, mélange d’humanité et de techniques, semble à portée de main » Et ose en première page cette annonce fantasmatique : « L’Homme Dionique. La technologie qui pourrait décupler la force, la vitesse et l’agilité de l’homme.[4] » Rien moins !
En Grande-Bretagne, ce sont les responsables de « SOS cryonie » qui sont « prêts à vous préserver de la mort » ! « Une équipe de bénévoles congèle les volontaires désireux de revivre dans plusieurs siècles » et utilise « un compresseur thoracique pour que le sang continue de circuler après la mort ». La congélation des morts existe également aux USA.
La quête de l’immortalité est un fantasme millénaire inutile, dès lors que l’on sait l’Humain immortel de fait puisqu’il a les moyens de faire mourir la mort par la Connaissance de ce qu’il est véritablement, par la Re-Connaissance de son Origine, de l’Origine des origines. Il a reçu cette destinée de part la Source créatrice dès l’Origine des temps.
 
[1] - Loïc Mangin, Editorial, Dossier pour la science n°81 octobre-décembre 2013, « L’hérédité sans gènes ».
[2]  « L’ADN désacralisé », Dossier pour la science, « L’hérédité sans gènes », n°81 octobre-décembre 2013, p. 9.
[3] - Jean Deutsch, « Qu’est-ce qu’un gène ? », Dossier pour la science n°81 octobre-décembre 2013.
[4] - « Comment ça marche », couverture, n° 43, 2014.



Créé avec Créer un site
Créer un site gratuitement